N'attendez plus, rejoignez les Maraudeurs pour leur cinquième année à Poudlard!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Mangetout Géant


226 messages.
Inscrit le 05/08/2016.

Feuille de sorcier
Sang: Pur
Année/ Métier: Professeur d'Histoire de la Magie
Maison: Serdaigle



MessageSujet: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Dim 1 Jan - 19:47

C'est mon anneau ok.
#Tropdegenslel
Si le but d’Icalurus avait été de tenter d’expérimenter de nouvelles expériences et sensations, il pouvait certainement s’auto décerner une médaille. En quelques mois, il n’avait jamais autant stressé à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, ça s’était bien terminé. Du moins, jusqu’à présent. Alors le blond avait peut-être pris un peu trop la confiance. Et il commençait à le regretter. Légèrement. Mais savait pertinemment qu’il ne ferait pas marche arrière. Parce que cela reviendrait à admettre qu’il avait tort. Et qu’il avait déjà tout préparé aussi. Bon. Préparé était un grand mot. Dans sa tête, tout était clair et net. Presque en tout cas.

Déjà, il s’était rendu compte d’une chose. Depuis le début de l’année scolaire en fait, sa relation avec Fingal avait nettement évolué. Après sept ans sans s’être vus, et sept autres où il avait plus réussi à l’emmerder qu’autre chose, c’était un véritable miracle. Qu’il ne pouvait que bénir. En regardant les choses en face, l’enseignant ne s’était jamais senti aussi bien que ces derniers mois en présence du roux. Et vu qu’il voyait souvent beaucoup trop grand en plus d’agir sur un coup de tête, il s’était décidé à le lui faire savoir. Clairement. Et pas simplement en le lui disant calmement un soir où il squatterait tranquillement, ou vice versa. Trop de banalité. Icalurus lui, voulait faire les choses bien.

Sauf que sur ce point-là, on ne le lui avait jamais vraiment appris à le faire. Parce qu’il voulait le demander en mariage. Rien de bien officiel, il aurait eu un peu beaucoup de mal, et surtout des ennuis, mais ne serait-ce que pour le geste, la signification, niaiserie, joie et bonheur voilà. Sans doute qu’il s’y prenait beaucoup trop tôt, mais au final, il s’en fichait un peu. Beaucoup même. Donc maintenant qu’il avait cette fichue bague, une once de courage, et Fingal avec lui – sans doute le plus important-, rien ne l’arrêterait. Même pas la fin du monde. Elle attendrait, un peu de politesse quand même.

Soit. Icalurus avait opté pour lui faire cette superbe demande dans le parc, dans la soirée. Parce que la dernière fois qu’il avait voulu faire quelque chose en journée, un élève était arrivé, partant d’une bonne intention sans doute, mais sur le coup, le blond l’avait assez mal pris. Bref. Là, ils auraient du mal sans doute à se faire interrompre, vu la noirceur, il serait difficile à qui que ce soit de les reconnaître. Quoique. Vu leurs tailles respectives, peut-être que personne n’aurait du mal en fait, même sans spécifiquement voir les visages. Mais tant pis, tout le monde était censé dormir ou faire une ronde dans le Château, bim.

D’ailleurs, eux n’avaient pas non plus grand-chose à faire ici. Après tout, ce n’était pas leur tour de ronde. Mais ils étaient assez grands pour qu’on ne leur fasse pas de remarques. Donc Icalurus avait prétendu vouloir montrer uuun magnifiiiique poisson à son homologue, qui préférait l’obscurité, pour l’amener près du lac. Comme si un quelconque poisson l’avait intéressé ne serait-ce qu’un jour. S’ils avaient voulu son attention, il leur aurait suffi de raconter un quelconque de leur combats épiques sous-marin. Mais ils étaient de mauvaise foi, donc lui aussi. CQFD.

Bien évidemment, il n’y avait strictement aucun poisson, et maintenant qu’il l’avait trainé jusqu’ici, l’ancien Serdaigle n’allait pas rester là sans rien faire à juste le regarder. Non. En plus, il avait réussi à trouver un endroit sans boue. Là. Parfait. Bon par contre, même s’il était déterminé, et presque certain de ce qu’il faisait, le stress montait. Alors première étape, lui prendre la main, ça c’était plutôt facile. Même légèrement apaisant. Fallait juste qu’il évite de trop la serrer peut-être.


« ▬ Si tu tiens vraiment à voir des poissons par contre, je pense que tu seras nettement mieux servi en visitant un aquarium ; on aura tout le temps de s’y rendre un jour, si ça te chante ! »


Même s’il se fichait des poissons, tant qu’il était avec Fingal, ça lui était égal. Il serait content. Très. En attendant, il allait sourire. Là. Et prendre le courage présent à deux mains. Ce n’était pas ce qui allait le tuer, il avait fait bien pire.


« ▬ Ca va sûrement te paraître un peu rapide, ou précipité, mais je veux que tu saches que….je tiens énormément à toi. »


Sans blague. Alors il allait arrêter de s’éterniser et gentiment lui faire face en s’agenouillant et en lui présentant la bague. Qui était par contre assez simple. Fine et sobre. Mais au moins elle était gravée, bim, personnalisée. Fallait pas trop non plus quelque chose de banal.


« ▬ C’est une situation…Sans aucun doute bizarre mais je voulais savoir si…Même si ce n’est qu’à nos yeux, tu acceptais de… »


Waw, il lui manquait deux mots. Ce n’était pas les plus compliqués en plus et il avait déjà fait le principal. Mais la situation était bien trop sérieuse à son goût. Ce qui n’arrangeait en rien son stress. Bon au pire, si le roux refusait, il ferait comme si de rien était, ou se contenterait de crier poisson de janvier et de lancer la bague dans le lac. Et plus personne n’en parlerait. Chose qu’il n’arrivait plus à faire actuellement, la gorge trop serrée. Et trop préoccupé aussi à fixer Fingal pour discerner la moindre émotion de sa part.

© 2981 12289 0

_________________


   
   
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Luxe & Vanité


248 messages.
Inscrit le 11/07/2015.

Feuille de sorcier
Sang: Sang-Pur
Année/ Métier: 7e année
Maison: Serpentard



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Dim 1 Jan - 22:28

weshtiretoi
Paysans mais pas trop ••• En ce moment, Rodolphus avait l’impression de ne pas agir comme il le faisait avant. Il réfléchissait moins. Déjà parce que réfléchir, c’est bien, mais c’est crevant à force. Oh. Bon, il préférait se fatiguer à réfléchir que d’être un total imbécile pas capable d’additionner un et deux. Trois, pour l’info. Mais il avait, après Noël, décidé de se reprendre un peu. Donc il réfléchissait un peu plus à ce qu’il faisait, et aux possibles conséquences. Heureusement, jusqu’ici il n’avait pas fait de connerie. Pas de ce qu’il se souvienne, en tout cas. Mais quoi qu’il en soit, c’est pour cette raison qu’il avait décidé d’attendre avant de se lancer dans ce qu’il avait prévu. Ce qui, logiquement, lui donnait justement plus de temps pour prévoir. Enfin, ce n’est pas comme s’il avait énormément de choses à prévoir, mais il voulait que tout soit parfait. Et puis il faut dire que choisir une bague, c’est pas quelque chose à faire en cinq minutes ! Parce que oui, il avait été affaire de choisir une bague. Comme pour un mariage, oui oui, sauf que ça ne concernait en aucun cas son mariage arrangé, il avait encore un peu de temps devant lui avant ça, et puis il n’avait pas envie d’y penser maintenant. Soit, la bague, elle était pour Lysander. Il y avait bien réfléchi, et s’était dit qu’il pouvait maintenant rendre les choses un peu plus.. Officielles ? Ce n’était pas une nécessité, car ce ne serait plus officiel que pour eux, et puis de toute manière c’était déjà officiel. Donc on pourrait croire que c’était totalement inutile. Mais le Serpentard n’en n’avait pas l’impression. Sinon, il n’aurait pas hésité, et il ne se serait pas entraîné à répéter cinquante fois ce qu’il comptait dire à Lysander. Parce que oui, il aurait beau affirmer le contraire, ça le stressait énormément. Imaginons qu’il lui diSE NON. Qu’est-ce qu’il ferait, dans ce cas-là ? Oh, il ne voulait pas s’avoir. Il n’osait pas imaginer. Il n’avait absolument pas prévu ça. Donc il avait tout intérêt à se montrer très convaincant. Voilà.

Et puis de toute façon, il avait tout prévu pour que ça se joue en sa faveur. Il avait été honnête, et avait déclaré vouloir parler au Serdaigle ce soir, dans le parc parce qu’ils ne pouvaient pas risquer d’être dérangés. Parce que non, il n’avait pas prévu ça non plus. Oui bon, choisir la bague avait pris énormément de temps. Enfin. Ils y étaient. Dans le parc. Près du lac, parce que la vue était très belle de nuit, et que ce serait juste l’endroit le plus propice pour faire une telle demande. Bon, il y avait certainement mieux, il y avait toujours mieux, mais c’était très bien. Il faudrait juste qu’il arrête de regarder fixement l’eau sans bouger, et qu’il se décider à se bouger le cul. Il pouvait le faire, bon sang. Ce n’était pas compliqué. Il avait répéTÉ. Mais quoi, déjà. Oh, tant pis. Improvisation. Il. Pouvait. Le. Faire. Pour commencer, il se tourna vers l’autre brun. Voilà, ça serait déjà pas mal.

« Hrm. Ce dont je  voulais te parler, eh.. Je vais essayer de faire court. »

Et qu’il arrête de se sentir aussi stressé, bon sang. Il était censé être heureux. Oui. Mais il n’avait pas envie de se faire jeter comme une chaussette, aussi. Parce que c’était sérieux. Mais il n’avait rien fait de mal, hein ? Non. Tout allait bien se passer. Il devait être sincère, et sûr de lui. Comme il l’était en temps courant.

« Tu sais.. Enfin oui, tu le sais probablement, mais je t’aime beaucoup. Enfin, je t’aime. Vraiment. Et donc.. J’ai quelque chose à te demander. »

Voilà. Il avait déjà bien avancé. Mais il n’avait pas fini.  Allez. Se reculer. Déglutir. Se mettre à genoux. Jurer à cause de la boue dégueulasse qui salit son pantalon. Sortir une petite boîte noire de la poche dudit pantalon. Tendre la boîte et l’ouvriiir. Oh, jolie bague qu’il avait mis tant de temps à choisir et qui avait d’ailleurs fait un grand creux dans son argent de poche. Mais il ne regrettait absolument pas, parce que Lysander méritait au moins ça si pas plus. Et plus il n’avait même pas choisi la plus chère, étonnement. Juste la plus belle et la plus appropriée. Bon. Il n’avait pas fini. Parler. PARLER.

« Lysander. Est-ce que tu voudrais bien, enfin en quelque sor.. »

Mouvement. Derrière le Serdaigle. Il y avait du mouvement un peu plus l o i n. Il en était certain. Du coup, il s’était redressé très vite, parce qu’il était extrêmement contrar.. Oh. Pourquoi il avait l’impression que les personnes en face étaient dans la même position qu’eux il y a quelques secondes. Peut-être que c’était l’obscurité ? Mais il y avait un drôle d’écho, alors..

« Eh. On était là avant. »

Non mais oh. Il avait prévu tout ça, bon sang. Il ne voulait pas que deux p’tites merdes viennent tout gâcher. Jamais.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Préfet Thug (maispastrop)


349 messages.
Inscrit le 03/10/2014.

Feuille de sorcier
Sang: Né- Moldu
Année/ Métier: 5ème année
Maison: Serdaigle



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Lun 2 Jan - 0:13

Rodolphus &lesgens▲▲

kipuent.
Bon, maintenant que toutes les vacances de Noël étaient passées, Lysander n’avait plus aucune raison de se donner une quelconque excuse pour préférer la distraction aux études. Il devait bien admettre avoir mis un peu ses cahiers de côté durant les deux semaines. Ce qui en soi n’était pas vraiment un drame, étant donné que le Serdaigle avait pris pas mal d’avance. Mais il n’allait pas pour autant se reposer sur ses lauriers. Et avait donc décidé de se reconcentrer plus sérieusement. Ou presque. Parce que lorsque Rodolphus était venu lui dire qu’il voulait le soir dans le Parc, il n’avait presque pas hésité un instant à accepter. Il n’avait pas hésité en fait, mais préférait se dire que oui, ne serait-ce que pour se donner bonne conscience. Bah, de toute manière il pourrait se rattraper à un autre moment. Il en aurait tout le temps, et devait bien admettre que le Serpentard était nettement plus intéressant et important que ses cours. Et sans doute que le bleu et bronze se serait tué pour moins que ça il y a quelques mois. Mais il n’y avait que les idiots qui ne changeaient pas d’avis, voilà. Pour une fois que ce proverbe pouvait lui servir.

Et puis, il était curieux aussi. Parce que là tout de suite, maintenant qu’ils se trouvaient bel et bien au parc, non loin du Lac Noir, Rodolphus semblait étonnement absorbé par le paysage, peut-être pour réfléchir. Et en soi, ça ne dérangeait pas plus le brun que ça. Le silence ne l’avait jamais réellement dérangé, le bruit non plus, tant qu’il n’essayait spécialement de se concentrer. Après, tout dépendait de la personne avec qui il était, certes. Mais dans le cas du Serpentard, si ce dernier ne lui avait pas dit vouloir lui parler de quelque chose, cela ne l’aurait pas plus dérangé que ça. Du tout. Enfin, il ne servait sans doute à rien de le presser, donc le préfet se contenta de prendre son mal en patience, observant à son tour le lac, et décidant tout simplement de profiter du moment. Voilà tout. C’était aussi très bie…Ah. Rodolphus avait pris la parole. Et c’était un peu stressant. Mais il n’avait strictement à se reprocher. Du moins, en réfléchissant rapidement, il ne voyait pas du tout. Au contraire, de son côté, il avait juste eu l’impression qu’il ne ressortait que de plus en plus de positif de cette relation. Mais il pouvait totalement se tromper. Et peut-être qu’il s’était trop attaché et…

Ah. Visiblement non. Il allait tout de suite arrêter de construire des scénarios pré-apocalyptiques dans sa tête, et écouter bien sagement ce que voulait lui dire le brun. Qui bien qu’ayant encore plus piqué sa curiosité, avait légèrement calmé son stress. Stress qui ne tarda pas à revenir lorsqu’il vit le Serpentard s’agenouiller. Paaaardon. Qu’est-ce qu’il comptait faire, exactement, à part salir son pantalon. Bon, si, Lysander avait une idée, mais préférait ne pas s’en faire tant qu’il ne verrait rien de p…d’accord, il venait de sortir une b o î t e. Avec à l’intérieur, une b a g u e. Si ses jambes le lui avait permis, refusant pour le moment de bouger, et s’il n’avait pas non plus peur d’à moitié tout gâcher, il serait bien allé faire un tour encore plus proche de lac, histoire de se passer de l’eau fraîche sur le visage et s’assurer qu’il n’était pas en train de rêver.

Maiiis son cerveau ne lui aurait pas fourni l’imagination nécessaire. Ou en tout cas, le Serdaigle était certain qu’il n’aurait pas l’impression de ressentir trente-six mille choses en même temps, se contentant de regarder son partenaire, semblant oublier le concept de la respiration le temps de faire un choix sur l’attitude à adopter. En plus, il avait encore quelques secondes pour se décider et surtout écouter attentivement ce qu’il allait finir par diroKAY. Ce n’était pas du tout un rêve, parce que dans son rêve, il ne se serait sans doute pas relevé comme ça en laissant en suSPEND SA PHRASE. Il voulait la suite, là tout de suite. Et même s’il avait espéré avoir un peu de temps pour pouvoir réfléchir à la meilleure des réponses – positive de toute manière-, le Serdaigle préférait encore improviser que d’être interrompu par quelque chose, ou quelqu’un qu’il allait détruire dans les secondes qui suivaient. Tout simplement. Non mais oh. Qui se permettait de venir tout interrompre, consciemment ou non. Ils auraient pu au moins attendre dix minutes de plus.

D’ailleurs, il ne savait même pas de qui il s’agissait. Mais il s’en fichait pas mal. Il avait simplement envie de les frapper, si possible une fois qu’il aurait sa bague, comme ça, ça permettrait de faire plus  m a l. Dans un autre sens il ne voulait en aucun cas l’abîmer. Mais il était sûr et certain de la vouloir. Et pas parce qu’elle était jolie. Si Lysander s’était écouté, il se serait contenté d’ignorer totalement les personnes autour, et au choix de répondre tout de suite au Serpentard, ce qui était un peu dommage vu qu’il n’avait pas vraiment fini sa demande, ou alors de le tirer plus loin. Sauf qu’il avait sûrement raison, ils étaient arrivés les premiers, du moins il n’avait vu strictement personne en arrivant, et puis, le Bleu et Bronze se voyait assez mal trouver une quelconque excuse plausible vu la frustration qui commençait à arriver, et ils étaient censés être dis…Oh. Les deux personnes en question semblaient être dans une position ressemblant extrêmement à la leur quelques instants avant. Comment. Pourquoi.Non. Juste non. Les probabilités pour que ce soit le cas étaient ridiculement basses. Et ils avaient quand même un peu plus de chance que ça quand même. Du moins, il espérait. Comme il espérait voir disparaitre les deux inconnus là à chaque instant. Ce qu’ils ne firent pas. Paysans. Alors il allait se contenter de rester à côté de Rodolphus. Et le Serdaigle lui aurait bien pris la main, autant pour essayer de se calmer que de le rassurer quant à sa future réponse, mais une nouvelle fois, autant éviter de le faire n’imporTE OU. Alors il allait éviter de faire une quelconque remarque à son tour et se contenter de soupirer. Et se contenterait aussi de tenir la manche du Serpentard. Maigre consolation. Mais ça restait plus discret. Et au pire s’il en avait vraiment marre d’attendre, il pourrait toujours essayer de le tirer plus loin, histoire de pouvoir faire cette demande en toute tranquillité si c’était possible.


© 2981 12289 0

_________________




Uh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Fringale Nocturne


177 messages.
Inscrit le 05/08/2016.



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Lun 2 Jan - 1:54

Fuyez pauvres fous
Mais wesh ••• Fingal, il aimait bien les poissons.  Certains poissons. C’est pas son animal favori, parce qu’il préfère les mammifères, mais il y a de très beaux poissons. Donc il avait bien sûr accepté la proposition d’Icalurus qui était d’aller voir un beau poisson nocturne dans le lac noir. Et puis il aurait de toute façon tout accepté, si ça lui permettait de passer plus de temps avec blond. Parce que oui, c’est un fait, il se sentait bien avec lui. C’est bien pour ça qu’il passait le plus clair de son temps avec lui. Logique, en soi. Et ça ne dérangeait personne, pas vrai ? Et puis même si c’était le cas, eh bien tant pis, parce qu’il avait le droit d’être heureux, tout de même. Et là, il était heureux, donc tout allait bien. Très heureux, même.

Et il avait bien fait de venir, parce que c’était très joli, l’eau. Mais où était donc ce beau poisson ? Peut-être qu’ils étaient arrivés trop tôt, ou trop tard. Ce n’était pas si grave, il eut même le réflexe de serrer la main de l’autre professeur en retour. Doucement, hein. Il avait l’air stressé, d’ailleurs, le pauvre. C’est bizarre, Fingal ne voyait aucune raison pour que quiconque ici ne soit stressé. C’était beau, calme, reposant. Même sans le magnifique poisson mystère. Ho, c’est vrai qu’aller visiter un aquarium, ça devait être vachement chouette ! Oh, il en avait envie, maintenant. Un autre jour. Il saurait attendre. Oui. Du coup, il allait approuver. Mais Icalurus avait à nouveau parlé, et il avait l’air bien plus sérieux. En tout cas, c’était gentil. Et mignon. Lui aussi, il tenait énormément à lui. Un peu trop, peut-être. Mais il n’y pouvait pas grand-chose, personne n’y pouvait rien, c’était comme ça, et tout le monde était content et voilà tout. Mais-… Oh. Qu’est-ce qu’il fait. Pourquoi il se met à genoux. Mal aux jambes ? Et puis qu’est-ce que c’est queaaaAAAH PAR MERLIN ?! C’est une bague. Une bague. Une b a g u e. Et Icalurus était à g e n o u x. Qu’est-ce qui était en train de se p A S S E R. JESUS CHRIST. BIEN SÛR QU’IL ACCEPTAIT DE. Parce qu’il n’était pas con, quand même, c’était bien une demande en mariage « privée » ? Hein ? Parce que lui, il n’en n’avait d’abord rien à faire que ce soit privé ou pas, tant qu’ils le savaient tous les deux, c’était le plus important, et bien sûr que oui, il acceptait. Mais comment le dire autrement qu’en hyper ventilant ? Il ne savait pas. Mais il était heureux, beaucoup trop heureux. Et il avait le cœur qui battait beaucoup trop vite, il ne s’y était absolument pas attendu, et bon Dieu, il voulait absolument dire oui.

« O... »

O. Waw. O. Super. Il devait ressembler à un handicapé. Un handicapé beaucoup trop souriant. Mais en même temps, il n’arrivait plus à se retenir de sourire tant il était heureux. Il en avait mal aux joues.

« Oui, bien sûr,  j’accepte, oui, oui ! »

Oui. Voilà. Il l’avait dIT. Maintenant il allait lui sauter dessus pour lui faire un câlin parce qu’il était beaucoup trop h.. Pardon. Qui venait de parler. Qui venait de le couper dans son élan, alors qu’il s’apprêtait à sauter sur le blond. Ça ressemblait à un élève. Enfin à deux élèves. Mais il ne voyait pas grand-chose, dans l’obscurité. Qui étaient ces deux monstres venu gâcher son moment de bonheur extrême. QUI. Et puis c’est faux. C’est eux qui étaient arrivés avant. Non mais oh. Sales gosses. Il allait les taper, hein. Petits insolents. Et puis d’abord, les élèves ils ont pas le droit d’être ici à cette heure. Fingal était capable d’aller tout balancer au professeur McGonagall, atteNTION.
© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mangetout Géant


226 messages.
Inscrit le 05/08/2016.

Feuille de sorcier
Sang: Pur
Année/ Métier: Professeur d'Histoire de la Magie
Maison: Serdaigle



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Lun 2 Jan - 15:31

C'est mon anneau ok.
#Tropdegenslel
Ce serait peut-être bien s’il finissait sa phrase en fait. Ce serait peut-être même indispensable, histoire de ne pas rester cinq ans dans cette position qui n’était pas spécialement confortable, et en plus, si qui que ce soit arrivait, même en en sachant pas les reconnaître saurait parfaitement ce qui était en train de se passer. Et il préférait plutôt éviter, en fait. Non franchement pas qu’il avait honte de quoique ce soit, mais ça le mettrait en mauvaise posture, et Fingal avec. Mais strictement personne ne viendrait voilà, il allait retrouver le moyen de finir cette phrase, et rapidement, puis tout se passerait bien. Sauf si le roux répondait par la négative. Mais il préférait ne pas y penser. Ah. Ah. Il avait l’air de vouloir parler. Icalurus allait donc très gentiment le laisser faire. Parce que sinon, le blond serait capable de refaire le moulin à paroles en essayant de changer de sujet, histoire de pouvoir faire mieux passer un quelconque refus. Non, il avait dit qu’il a s s u m a i t. Il était assez grand pour ça, même si la dernière fois, et seule heureusement, qu’il avait dû se marier, il avait plutôt eu du mal à le prendre au sérieux, la seule raison pour laquelle il ne s’était pas mis à rire était sûrement la présence de ses parents et beaux-parents.

Sauf que là, il n’avait pas du tout envie de rire, plutôt de disparaître au choix dans le lac ou la forêt. Ce qui ne dura pas longtemps à vrai dire. Même si Fingal n’avait pas encore vraiment parlé, il souriait. Là. Sourire. Joli. Bon signe. Et o. c’était bien le début de oui. Donc. Ca partait bel et bien sur de bonnes bases. Mais le blond n’osait pas encore se tenter à sourire en retour, autant être patient et sûr de la réponse. Même s’il essayerait de sourire en cas de refus. Sauf que FingAL VENAIT D’ACCEPTER. Donc il pouvait clairement sourire. De tout son saoul. Parce qu’il était cONTENT. Beaucoup trop. Et il comptait bien lui faire un énorme câlin et le garder contre lui. A vie. Pace que c’était le but du mariage, parfaitement. Et il le ferait après lui avoir donné la bague et s’être relequoi.

Qui venait de parler. Ce n’était pas Fingal, il en était certain. Déjà parce que Fingal semblait l’avoir devancé quant au fait de vouloir faire un câlin, et de deux il connaissait quand même un peu beaucoup sa voix. Bref, c’était qui ce paysan qui venait tout gâcher, et qui semblait aussi être accompagné. Qui ne l’avait même pas laissé donnER SA B A G U E. Et surtout qui il allait devoir tuer pour les réduire au silence. Bon déjà, il allait se relever hein, ce serait la meilleure des idées et des choses à faire. Mais décidemment, à l’avenir il allait éviter de faire quoique ce soit dans ce fichu p a r c. Pas moyen d’être tranquilles, même le soir alors que les élèves étaient définitivement censés être dans leur lITS. Et il était presque certain qu’il ne s’agissait pas d’un de ses homologues.


« ▬ Premièrement, vous n’avez rien à faire ici et deuxièmement… »


Il aurait bien voulu faire comme si de rien n’était, les envoyer balader au plus vite et enfin pouvoir donner sa bague doublé du câlin. Qu’on les laisse être heureux voilà. Sauf que bon, lui ce n’était pas trop son trip de rester dans le noir et de parler à de parfaits inconnus qui n’en étaient sûrement pas. Donc il avait eu la brillante idée d’allumer sa baguette, parce que en plus d’avoir le droit d’être dehors à cette heure-ci lui pouvait aussi lancer des sorts en dehors des cours, bim. Parce que lui était majeur. Et ouais. Et prof aussi en fait. Mais s’il s’était arrêté dans sa phrase, c’était tout simplement après avoir véritablement vu l’identité des deux personnes. Oui. Bien des élèves. Et cool, vachement cool, au lieu de tomber sur de la petite plèbe inconnue là, il avait fallu qu’il y ait un des descendants d’une des 28 familles là dont il faisait partie. Bien, très bien, il allait pouvoir s’auto renier, et s’exiler à l’étranger. Quoique. Le Serpentard n’était pas seul. Non, il était encore avec McGuire. Voilà, s’il osait dire quoique ce soit, il hurlerait qu’il traînait avec le préfet né-moldu, bim, meilleure technique d’auto-défense. Mais il n’allait strictement rien dire, n’est-ce pas. Il lui aurait bien posé la question, mais il avait un peu plus de fierté que ça quand même. Et n’allait pas encore plus se balancer lui-même. Donc il allait se contenter de se taire en réfléchissant à ce qu’il y avait de mieux à dire dans ce genre de situation. Et hausser légèrement un sourcil parce que Lestrange avait un écrin qui ressemblait vaguement au siEN. Et impossible qu’il le lui ait volé parce qu’il l’aurait quand même senti, et qu’il ne serait pas toujours dans sa main. Alors ça devait simplement être une énorme blague pas drôle. Parce que quelqu’un voulait leur gâcher la soirée, quelque part.Connards.


© 2981 12289 0

_________________


   
   
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Luxe & Vanité


248 messages.
Inscrit le 11/07/2015.

Feuille de sorcier
Sang: Sang-Pur
Année/ Métier: 7e année
Maison: Serpentard



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Lun 2 Jan - 19:59

weshtiretoi
Paysans mais pas trop ••• Non mais allez quoi, pourquoi il avait fallu que quelqu’un ne vienne les déranger pile au moment où ils devaient être seuls et sans personne autour. C’est carrément injuste. Et Rodolphus avait envie d’aller frapper ces deux personnes dont il ignorait pour le moment l’identité. Ça le saoulait, mais genre vraiment. Et il manqua bien de ne pas se calmer lorsque Lysander prit sa manche. Bon. Au moins, ça, c’était bon signe, pas vrai ? Parce qu’il ne devait pas oublier qu’il n’avait pas eu de réponse. Ah bah non. Vu qu’il n’avait pas eu le temps de terminer sa fichue phrase. Qui n’était pas qu’une fichue phrase, c’était probablement une des phrases les plus importantes qu’il aurait pu sortir de toute sa vie. Et deux abrutis venaient de tout gâcher. Ah, bah voilà que la chose à genoux s’était relevée aussi et… Wow. Grand. Même de loin. C’est rare les gens grands. Et Rodolphus n’en connaissait d’ailleurs pas des masses. Mais il s’en fichait, ça ne l’empêcherait pas d’aller taper cette horrible personne qui lui avait très mal parl-…

Ah. Lumière. Bien, il allait pouvoir voir de qui il s’agiss-Jésus Christ. Le professeur Macnair. Il ne rêvait pas ? Ah parce qu’il aurait largement préféré, hein. Parce qu’il venait quand même de voir son professeur d’histoire de la magie, qui en plus était un Mangemort, et souvent présent aux dîners, agenouillé devant Merlin savait qui alors que lui-même était en compagnie de Lysander. Ça tenait même du cauchemar, en fait. Et puis c’était qui cette personne qui accompagnait le professeur, même. Sa femme, peut-être. Une sorte de remariage, enfin bon il n’en savait rien du tout l-Oh. Non. C’était pas madame Macnair. C’était. Le. Prof. Chian. D’étude. Des. MolDUS. COMMENT. Qu’est-ce qui se p a s s a i t. Ca ne concernait pas Rodolphus, non, mais bon sang pourquoi est-ce que le blond avait aussi une petite boîte en main et qu’il venait juste de se relever. Non. Mais nooon, ce n’était pas ce qu’il croyait. Paaas du tout. Et puis de toute façon, Rodolphus n’avait absolument rien vu. Voilà.

« ..Nous allons.. Trouver un autre endroit. Désolé pour le dérangement, professeurs. »

Et non, ils n’allaient pas rentrer. Parce qu’il faut pas trop pousser non plus, il aurait bien voulu finir correctement sa demande. Donc avec un sourire crispé, il se tourna et posa une main sur le bras de Lysander pour l’entraîner plus loin. Dans un endroit vide, où ils ne risqueraient pas d’être encore interrompus, avec plus d’arbres pour ne pas qu’on n’arrive à les voir. Voilà. Une fois qu’il trouva l’endroit parfait, il soupira et s’adossa à un arbre.

« Désolé. Je pensais que tout irait bien, tout était censé se dérouler dans la perfection, mais je n’avais pas prévu… ça. »

Non, il n’avait pas prévu de tomber sur d’autres personnes en train de faire la même chose qu’eux. Et encore moins ces deux personnes-là. Oh, il ne jugeait pas, ce n’est pas ça, parce que les deux situations se ressemblaient tout de même un peu. Mais voilà. Il ne s’y était pas attendu. Enfin bon, il allait essayer d’oublier, de laisser passer, et de retourner au problème principal. Alors il sourit légèrement, et se tourna vers le Serdaigle.

« J’espère que même si je n’ai pas fini ma demande, elle semble plutôt claire, tu sauras quand me donner une réponse..? »

Allez. Disouidisouidisoui. Pour la peine, il allait rouvrir la boîte. Et le regarder. Avec des yeux plein d’espoir. Voilà.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Préfet Thug (maispastrop)


349 messages.
Inscrit le 03/10/2014.

Feuille de sorcier
Sang: Né- Moldu
Année/ Métier: 5ème année
Maison: Serdaigle



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Mar 3 Jan - 0:25

Rodolphus &lesgens▲▲

kipuent.
Peut-être qu’il devrait éviter de penser à trop de choses en même temps. Ça l’aiderait à s’en sortir. Parce qu’à vouloir régler tous les problèmes en même temps, il allait juste s’embrouiller encore plus. Comme si c’était possible. Bon déjà, même si le Serdaigle était sûr et certain que Rodolphus ne s’était pas simplement décidé de lui acheter une bague pour faire joli en se mettant au passage à genoux parce que c’était drôle de se traîner à terre, il avait en même temps envie de lui répondre, tout comme l’attente l’arrangeait dans un sens. Ne serait-ce que pour trouver une réponse bien construite. Et de laisser aussi le temps à ses questions existentielles chiantes et puantes de revenir. Même si le dernier point, il s’en serait bien passé.

Parce que même s’il était certain en ros de la réponse, le brun ne savait absolument pas ce dans quoi il s’embarquait. Du tout. Lui il avait l’habitude d’avoir un horaire et des plans, très voire trop organisés, et plus ou moins tout planifier lorsque c’était possible. Pour le coup, il ne s’était pas du tout attendu à la demande du Serpentard, et n’avait pas vraiment imaginé les conséquences. Mais si pour une fois il pouvait juste se contenter d’improviser et faire ce dont il avait envie, ce ne serait pas plus mal non plus. Ceci dit, il y avait un peu plus grave. Ou embêtant. Ou un autre adjectif qu’il n’avait tout simplement pas envie de chercher. Pourquoi il avait fallu que des gens n’arrivent, ou ne soient déjà présents là maintenant, derrière eux.

D’ailleurs, ils ne savaient même pas de qui il s’agissait. Le bleu et Bronze aimerait bien le savoir un minimum, histoire de peut-être pouvoir essayer de ruiner leur vie comme ils venaient de ruiner ce moment, même s’il s’en savait certainement incapable, parce que premièrement il aurait l’air plus que ridicule et deuxièmement n’aimerait pas non plus risquer de perdre son titre ou de se faire renvoyer, en fait. Il se contenterait de les insulter mentalemoook, il allait plutôt effacer ça tout de suite de son esprit, et faire comme si de rien était. Pourquoi, tout simplement. Pourquoi des enseignants. Bon. Le point positif était qu’ils auraient pu tomber sur bien pire. Si c’était pour revivre un remix, en pire du camp, le préfet aurait encore préféré partir tout de suite sans rien dire.

Mais ça n’en restait pas moins gênant. Et pas que pour eux. Heureusement. Ça devait l’être pour tout le monde. Bim, pour une fois que le karma décidait de retomber un peu partout. Mais d’ailleurs, c’était quoi cette histoire là entre le professeur Buchanan et le professeur Macnair. Quoique. Il ne voulait pas savoir en fait. Et suivre totalement la tactique du Serpentard. Oui, très bien. Un autre endroit. Il allait se contenter de surtout ne pas croiser leurs regards eeet de faire tête basse en suivant gentiment le Serpentard. Ce qu’il aurait fait de toute manière, main ou non sur son bras. Il n’allait pas non plus rester à attendre de voir ce qui se passait entre les deux professeurs. O u b l i e r. Voilà tout. Et partir. Il ne savait même pas où. Difficile de perdre le château de toute manière.

Ah. Définitivement, cet endroit avait l’air nettement moins plausible d’être fréquenté. Tant mieux d’ailleurs. C’était tout ce qu’il fallait pour le moment. En entendant Rodolphus reprendre la parole, le préfet ne put s’empêcher de sourire légèrement. Strictement personne n’aurait pu le prévoir, et le fait qu’ils aient décidés de faire ça au même moment et au même endroit était presqu’impensable. Mais visiblement possible. Bon. Au moins, une chose était résolue. Restait la demande du Serpentard. Enfin. Sa réponse, surtout. Il allait bien falloir qu’il la lui donne un jour. Le plus rapidement possible. AaAaaA. Elle était vraiment belle en fait, cette bague. Même si Lysander n’en avait pas douté.


« ▬ Je… »


Magnifique, dix minutes de silence et de réflexion pour ne pas finir sa phrase et ne même pas savoir comment la continuer. Mais le brun ne voulait pas non plus faire attendre ou stresser plus que nécessaire Rodolphus. Alors le temps de trouver quoi dire, il sourit encore plus, acquiesçant, avant d’aller doucement contre lui, premièrement pour ne pas risquer de faire tomber il ne savait comment la bague, ou la boîte, voir les deux, ni de se faire mal en s’éraflant avec l’arbre qui devait sûrement être vil d’une manière ou d’une autre.


« ▬ Bien évidemment, oui, mille fois oui ! Et… »


Là pour la peine, il allait d’abord passer ses bras autour de son cou et l’embrasser sur la joue. Il méritait au moins ça. Nettement plus en fait, mais le brun avait toujours un peu de mal à mettre correctement ses pensées dans l’ordre.


« ▬ Tu m’as vraiment pris au dépourvu pour le coup mais…Définitivement oui. »


Dire qu’à la base le Serdaigle avait voulu répondre quelque chose de nettement plus élaboré qu’un oui. C’était plutôt raté. Tant pis. Au moins, sa réponse avait le mérite d’être claire. Là, il se serra un peu plus contre lui. Parce qu’il l’aimait beaucoup trop. Encore plus qu’avant. Il allait finir par émettre l’hypothèse que le Serpentard avait réussi à mettre un philtre d’amour dans une de ses boissons. Même s’il savait bien que c’était impossible, dans le dernier cas, il n’y serait pas autant attaché.


« ▬ C’est ridicule et stupide, mais je me fiche totalement de ce qui va ou peut se passer, tant que c’est avec toi, Rodolphus. Merci, vraiment. »


Là. Il allait encore sourire comme un débile en relevant la tête pour le regarder et bouger sa main pour pouvoir lui effleurer la joue. Gentille. Comme lui. Mais son coeur battait toujours autant. Voir même encore un peu plus rapidement qu'il y a quelques secondes. Moins de stress nettement plus d'adrénaline, simplement de lui avoir répondu, lui avoir exposé ses sentiments, bien qu'évidents. Ce n'était pas rien de son point de vue. Il n'en avait pas vraiment l'habitude non plus, bien qu'il le faisait un peu plus ces derniers temps. Gardant sa main sur la joue de Rodolphus, Lysander le regarda encore quelques instants, ne pouvant s'empêcher de lui sourire, avant de venir l'embrasser tendrement, se faisant plus insistant vers la fin. Il ne voulait plus jamais le lâcher, voilà, il allait rester comme ça. Pour toujours. Très beau changement d'avenir. Quoiqu'il en soit, le Serdaigle finit par rompre le baiser, reculant très légèrement sa tête, cherchant à nouveau le regard du Vert et argent. Il sentait presque le sien briller, mais de toute façon là tout de suite personne ne pouvait les voir, donc ce n'était pas un problème s'il continuait de sourire comme un imbécile et de le fixer comme si sa vie en dépendait.


« ▬ Et c'est parfait, tout est parfait, surtout toi, crétin.»


Il avait réussi à prendre la place du meilleur jour de sa vie, le con. Mais il l'aimait beaucoup trop, justement ce con. Son con s'il pouvait s'avancer. Le brun lâcha un léger rire, sincère, il ne savait pas vraiment pour quelle raison si ce n'était sa on ne peut plus bonne humeur, avant de se serrer un peu plus contre lui. Parce qu'il ne serait jamais assez proche, tout simplement, et pour la peine, il l'embrassa une deuxième fois, parce qu'il ne s'en lasserait pas.



© 2981 12289 0

_________________




Uh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Fringale Nocturne


177 messages.
Inscrit le 05/08/2016.



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Mar 3 Jan - 18:49

Fuyez pauvres fous
Mais wesh •••  Ah. Aaah. McGuire et Lestrange. Ahah. Devait-il leur dire bonsoir ? Non, certainement pas. Peut-être que s’il se cachait sous son chapeau, ils ne le reconnaitraient pas. Hmmm. Peu probable. Il n’essaierait pas. C’était sans doute trop tard. Hm. Situation quand même gênante. Au moins, si Fingal avait encore eu des doutes quant aux rumeurs concernant les deux élèves, ce qui n’était pas le cas, il n’était quand même pas aveugle, ils auraient directement été effacés. Maiiis bon. Lui, il  voulait retourner à sa tentative de câlin. Parce qu’il était toujours aussi heureux, et il ne tenait pas en place. Alors voilà, psh psh les élèves, c’est l’heure de dormir. Aaaah. On sembla écouter ses prières. Tant mieux. Parce que ça devenait un peu gênant, ce silence qui s’était installé. Bon. Maintenant il espérait que les deux élèves n’iraient pas en parler à tout le  monde autour d’eux. Ça serait assez embêtant. Mais pour le moment, il était tellement heureux qu’il n’osait pas trop y penser. Donc après avoir regardé les deux élèves s’éloigner, un nouveau sourire apparut sur ses lèvres et il se retourna enfin vers Icalurus. Il aurait bien voulu parler, mais trouva bien plus simple de finalement faire son câlin au blond. Et il le sera peut-être un peu trop fort, il ne savait pas trop parce qu’au fond, il s’en fichait, il était tout simplement trop heureux. Peut-être qu’il pourrait faire un effort pour parler, oui. Peut-être.

« Je suis tellement heureux… Tu n’arrêtes pas de me rendre heureux, de plus en plus, chaque jour. T’es vraiment la meilleure personne du monde. Je t’aime beaucoup trop. »

Il n’aurait pas cru dire ça quatorze ans en arrière. Ou même en ce début d’année scolaire. Mais ce n’était pas important, parce qu’il n’était pas aussi heureux, avant. Encore moins lorsqu’il était élève à Poudlard. Mais le passé, c’est le passé. Il n’oublierait peut-être pas, mais il savait qu’avec un peu d’effort, ça finirait par le faire rire. Pour le moment, il s’en fichait. Et il préférait largement lâcher le blond pour finalement prendre son visage entre ses mains et l’embrasser. Voilà. C’était très bien, ça. Et puis après, il pouvait même sourire. Encore.

« C’est définitivement la meilleure journée de ma vie, cette fois-ci. »

Même s’ils avaient été interrompus. Ce n’était pas grave, parce que c’était passé. Et tout le monde était heureux. Le roux l’était en tout cas. Et il le souhaitait même aux deux élèves partis plus tôt.
© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mangetout Géant


226 messages.
Inscrit le 05/08/2016.

Feuille de sorcier
Sang: Pur
Année/ Métier: Professeur d'Histoire de la Magie
Maison: Serdaigle



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Mar 3 Jan - 19:40

C'est mon anneau ok.
#Tropdegenslel
D’accord. Icalurus avait rarement ressenti une quelconque gêne dans une situation ou une autre, mais là, il la sentait bien. Et sans doute s’il y avait une cinquième personne qui passait par-là – et avait intérêt à ne pas exister d’ailleurs-, elle le sentirait aussi à un périmètre d’au moins vingt mètres. Mais ils étaient censés faire quoi exactement aussi. Tout ce que le blond savait était que si jamais un des deux élèves en parlait à qui que ce soit, et que cette personne venait lui poser des questions, il nierait tout simplement. Et prétendrait simplement avoir retrouvé un vieil ami d’enfance. Ils s’étaient toujouuuurs bien entenduuus. Et puis, il était normal qu’il fasse un minimum connaissance avec la personne qui détenait le local juste en face du sien, oh. Mais bon, ils étaient loin, Fingal et lui, d’être les seuls en mauvaise position. Au moins, eux avaient réussis à être assez discrets pour ne pas attirer l’attention de la moitié du camp. Sans doute que les deux élèves s’en serait passés. Soit. Le Serpentard semblait opter pour la technique de l’ignorance. Oui. Très bien. Parfait. Lui, allait être totalement aveugle et sourd à son propos. Donc il se contenta d’un léger mouvement de tête et d’un sourire sans doute manquant un peu de naturel, mais au moins les élèves partaient. Là. Plus loin. Il n’allait certainement pas non plus commencer à les emmerder en leur disant de rentrer parce qu’ils se trouvaient dehors après le couvre-feu. De un, il n’était pas de ronde, et de deux, ce n’était pas vraiment le moment de se montrer chiant.

Puis en plus, Fingal s’était tourné vers lui, et se mit à sourire. Ah. AaAH, IL LUI AVAIT DIT OUI. Durant quelques instants, Icalurus l’avait presque oublié, à cause de leur interruption à deux noises là. Et le roux semblait lui aussi vouloir faire comme si de rien n’était. Tant mieux. Strictement rien ne s’était passé, il venait tout pile de lui répondre, et ils pouvaient enfin faire leur c â l i n. Que Fingal semblait aussi attendre avec impatience, mais tant qu’il ne l’étouffait pas, il s’en fichait totalement. Content. Voilà. Et il le serra à son tour. Et c’était toujours aussi agréable. Et il ne put s’empêcher de rire légèrement en entendant son partenaire reprendre la parole. Certainement pas par moquerie, parce qu’il ne savait pas vraiment comment réagir autrement. Si ce n’était le serrer un peu plus contre lui.


« ▬ J’aimerais bien te donner raison, mais la meilleure personne du monde, c’est toi. Et tant que tu es heureux, c’est tout ce qui compte, je le serai aussi ! Maintenant, bonne chance pour me supporter, je viendrai encore plus souvent avec mes idées, débiles ou non. Je tâcherai quand même d’être un peu plus…Discret la prochaine fois. »


Déjà, lui et discret dans la même phrase, c’était presqu’impossible. Le pire était qu’ici, il avait déjà déployé énormément d’efforts pour essayer de l’être. Dire qu’il avait presque réussi. Presque. Mais autant ne pas y penser. Et se concentrer sur Fingal. Voilà. Tout ce qui importait. Gentil. Et beaucoup trop mignon. Il lui en aurait presque voulu de l’avoir lâché, s’il ne l’avait pas embrassé par la suite. Ce qui accentua une nouvelle fois son sourire.


« ▬ Et je te promets de tout essayer pour te refaire dire ça à l’avenir. »


Waw. Il n’avait toujours pas rebalancé de conneries, un vrai miracle. Mais il n’avait pas encore totalement fini. Maintenant qu’ils avaient le bel endroit du lac qu’il avait choisi, autant en profiter. Prenant la main du plus petit, Icalurus l’entraîna un peu plus près de la rive, avant de s’asseoir, et de tirer légèrement le roux vers lui. Autant qu’il soit le seul à se salir. Et puis il avait envie aussi de l’avoir sur ses genoux, bim. C’était nettement plus simple pour lui faire un câlin, tout en lui passant l’anneau. Avant de le perdre, ou de le faire tomber. Là. Pour la peine, il allait lui caresser la paume de la main. Et mettre sa tête sur l’épaule du roux, parce que c’était confortable.


« ▬ J’espère qu’elle te plaît, au pire je peux toujours aller la faire changer. J’aurais peut-être dû te demander ton avis, mais ça aurait gâché la surprise. »


Et là, ça aurait été très triste. Parce qu’il aimait bien lui faire des surprises. Des bonnes, de préférence. Là. Il allait le serrer un peu plus contre lui, parce que ça tenait chaud, et en plus il était tout ce qu’il voulait.



© 2981 12289 0

_________________


   
   
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Luxe & Vanité


248 messages.
Inscrit le 11/07/2015.

Feuille de sorcier
Sang: Sang-Pur
Année/ Métier: 7e année
Maison: Serpentard



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Sam 28 Jan - 22:09

weshtiretoi
Paysans mais pas trop ••• Même si Lysander avait eu l’air d’avoir été sur le point de dire oui, si ça se trouve, maintenant, il allait dire non. Vu que l’ambiance avait complètement été cassée, merci aux deux professeurs. Ou alors, surtout, merci au destin d’avoir fait de sorte que les deux couples se retrouvent au même endroit au même moment. Franchement quoi.. Pour une fois qu’il avait vraiment voulu faire des choses correctement ! Chiant. Très chiant. S’il n’était pas aussi stressé, il aurait très certainement été en colère. Enragé, peut-être. Et il aurait peut-être même abandonné son idée de demande en mariage. Ce qui aurait été vachement nul, quand même. Parce qu’il s’était préparé, il voulait tellement ça.. Et laisser le hasard comme ça décider de leur destin, bah c’était totalement merdique. Donc non, il allait juste se taire, et patienter. De toute façon, il avait reposé la question à Lysander, il ne pouvait pas faire marche arrière. Et il ne voulait absolument faire marche arrière, de toute façon. Tout ce qu’il voulait, c’était que Lysander soit heureux. Et être heureux avec lui. C’est vraiment pas compliqué, en soi. Juste.. Le bonheur. Voilà.

Oh. Il avait l’air d’hésiter. Quoi. Pourquoi. Non mais faut juste dire oui, hein. Allez. Il stressait, bordel. Enfin, le Serdaigle n’y pouvait pas grand-chose si Rodolphus stressait, hein. Mais il stressait quand même, voilà. Et p-OH. IL A DIT OUI. EN SOURIANT. EN S O U R I A N T. Ok, il ne s’y était pas trop attendu. Mais d’une certaine manière, si. En fait, il avait envisagé le meilleur comme le pire. Mais là, c’était carrément le meilleur. Vraiment, il était content. Et ça devait se voir. En plus l’autre brun lui faisait un câlin, il n’aurait pu espérer mieux. Alors il allait passer un bras autour de sa taille, pas l’autre histoire de ne pas faire tomber la bague.

« Ah oui ? J’aime bien donner un effet de surprise. Je suis.. Vraiment content que tu dises oui. Je sais pas, j’ai eu un peu peur que tu refuses pendant un moment, mais c’est juste tout ce que je voulais. Merci, Lysander. »

Oh. Tout le monde se remerciait. Si c’était pas beau. Mais qu’est-ce qu’il était content, sincèrement. Et il allait embrasser sa main, pour la peine, même si ça n’avait pas grand-chose à voir. C’est juste ce qu’il voulait faire.

« C’est pas ridicule, ni stupide, c’est normal. Et mignon, aussi. »

Et l’embrasser tout  court, c’est très bien aussi. Il allait profiter du baiser, en tout cas. Même s’il pouvait maintenant être certain qu’il pourrait l’embrasser tous les jours. Ce qui lui allait parfaitement. Et il voulait bien approfondir le baiser, si ça pouvait aussi faire plaisir à Lysander aussi. Il n’avait pas de doute là-dessus, bizarrement. Et c’était tant mieux. Parce qu’il doutait de pouvoir s’en passer, lui. C’était juste agréable, et ça semblait juste parfait. Parce que ça l’était, peut-être. Sûrement. Sans doute. Oh, ça n’avait pas duré assez longtemps à son goût. Mais il n’allait pas se plaindre, c’était déjà très bien. Et puis il pouvait très bien lui caresser les cheveux en attendant.

« Tu me flattes, petit sot. Mais je suis vraiment que tu trouves ça, et moi par la même occasion, parfait.  C’est parce que tu es là, certainement. Après tout, si tu n’étais pas parfait, nous ne nous serions peut-être pas parlé. Mais je suis bien content que tu sois parfait, du coup. Parce que je sais pas si c’est assez clair, mais je t’aime. »

Voilà. Au cas où quelqu’un aurait encore des doutes. Mais c’est parfait, s’il riait et qu’il l’embrassait encore. Vraiment, un nouveau passe-temps. Son préféré. Eh bien pendant ce temps-là, il allait doucement prendre la main de Lysander dans la sienne et lui mettre la bague au doigt, toujours doucement, parce que déjà que la faire tomber serait assez triste, la faire tomber maintenant serait encore pire. Et voilà. Parfait. Maintenant, il pouvait passer ses deux bras autour de la taille de Lysander. Encore parfait. Toujours parfait, en fait. Et cette fois-ci, quoiqu’il arrive, professeurs ou pas, il ne le lâcherait pas. Il ne le lâcherait plus jamais, en fait.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Préfet Thug (maispastrop)


349 messages.
Inscrit le 03/10/2014.

Feuille de sorcier
Sang: Né- Moldu
Année/ Métier: 5ème année
Maison: Serdaigle



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ] Lun 30 Jan - 22:18

Rodolphus &lesgens▲▲

kipuent.
C’était fou, même s’ils avaient croisé les deux enseignants juste quelques minutes auparavant, et avaient eu la chance de n’avoir aucune sanction, le Serdaigle avait l’impression qu’une éternité était passée, et qu’il ne s’agissait plus que d’un vague souvenir. Et heureusement qu’on ne leur avait pas dit de retourner au château, en leur mettant une retenue sur le dos mais bon, les deux adultes n’avaient pas été non plus dans la meilleure des positions donc. Soit. Il n’était plus question d’eux, qu’ils soient heureux dans leur coin -ou malheureux, bizarrement Lysander n’avait pas plus prêté que ça attention à une quelconque humeur ou expression particulière- et qu’on les laisse tranquilles. Même si visiblement tout le monde la cherchait. Soit, il avait réussi. Réussi à lui dire oui. Ce qui à première vue ne semblait pas spécialement compliqué. Mais même s’il n’avait pas hésité sur le côté positif de la réponse, il avait bien fallu qu’il trouve exactement quoi dire. Bon. Ça avait peut-être été un peu nul, il en convenait, mais Rodolphus avait l’air content lui aussi. Voilà, ils l’étaient tous les deux, il n’aurait pas pu demander mieux. Du tout. Et il ne voulait plus le lâcher non plus. En tout cas, même si le dernier des crétins lui sortait « mais au fond, le bonheur c’est quoi ? », il saurait quoi répondre exactement. Dommage pour eux, ils n’auraient pas Rodolphus. Sauf que là tout de suite, et même plus tard, le Serdaigle continuerait de se foutre de ce qui était dommage ou non pour eux. Tant que le Serpentard était heureux, c’était tout ce qui lui importait.


« ▬ Niveau surprise, tu n’aurais pas pu faire mieux. Et je…n’ai jamais été aussi heureux, vraiment. Pas un instant je n’ai pensé à refuser, je voulais trouver la meilleure des réponses, mais au final elle reste assez simple. Et surtout merci à toi, je ne pourrai jamais le dire assez. »


Comme il ne pourrait pas non plus lui décrire ô combien il était heureux, et ce, totalement grâce à lui. Parce que sincèrement, il n’aurait sans doute pas trouvé tout de suite le courage pour faire sa demande, et surtout aurait certainement raté le quelconque effet de surprise qu’il aurait voulu donner, en lui demandant à l’avance ce qu’il en pensait. Un peu trop peur de se ramasser un énorme refus au moment même. Et en plus, pour la bague, il aurait certainement dû attendre les vacances où il aurait travaillé d’arrache-pied pour pouvoir lui en prendre une on ne peut plus magnifique. Même si elle n’aurait pas été aussi belle que celle que Rodolphus avait choisie. Mais inutile de trop y penser, la seule chose là tout de suite qui lui importait état de trop éviter de sourire comme un abruti, même si ce fut encore plus difficile en le voyant embrasser sa main. Promis, un jour il arriverait à sourire normalement. Mais il était beaucoup trop heureux aussi.


« ▬ Tant que c’est ce que tu penses, c’est le principal. »


Sans doute parce que Rodolphus était le principal tout court en même temps. Qui embrassait plus que bien aussi. Il allait réellement finir par rester là et refuser de bouger. Ce qu’il se disait à chaque fois qu’il se retrouvait avec lui en fait. Mais un jour il le ferait, voilà. Il allait plutôt s’occuper de profiter le plus possible du moment, chose extrêmement facile à accomplir, surtout lorsqu’il se mit à lui caresser les cheveux.


« ▬ Je t’aime aussi, beaucoup. Enormément. Je ne sais pas comment tu fais, mais rien ni personne n’arrive à me faire sentir aussi bien. »


Ça, c’était sûr et certain. Et la bague qu’il lui passai au doigt ne faisait que renforcer ses dires. Voilà, maintenant il allait l’admirer à longueur de journée. Une fois qu’il aurait fini sa séance de câlin, parce qu’il était beaucoup trop bien là aussi. Entre ses bras, il ne pouvait qu’être bien en fait. Et détendu aussi. Il allait aussi éviter de se mettre à pleurer hein. Ce qui serait parfaitement ridicule. Et il avait décidé de ne pas l’être. Là, il allait garder un bras autour de son cou et passer son autre main sur la joue du Serpentard en le regardant, parce que en plus, il devait avoir les plus beaux yeux aussi.


« ▬ Compte sur moi pour ne jamais te lâcher. Plus sérieusement, et mièvrement, tu t’en doutes sans doute déjà, mais je suis là pour toi, que ce soit négatif ou positif, à n’importe quelle heure. Tu ne me dérangeras jamais. »


Ou presque. Mais même s’il le dérangerait il arrêterait, quoiqu’il fasse pour se reporter à lui. Tout simplement. Rien ne pouvait être plus important que lui. Pour la peine, il allait un peu plus se serrer contre lui et poser sa tête sur son épaule parce que c’était tout aussi confortable. Vraiment beaucoup.


« ▬ Encore merci, Rodolphus. C’est la meilleure des soirées. Et que ta rencontre est la meilleure que j’ai pu faire. »


Surtout que maintenant, il était bien, bien loin d’être uniquement une rencontre. Beaucoup plus que ça. Il faudrait en fait trouver un nouveau mot. Qui sonne bien. Et qui soit à sa hauteur aussi.


© 2981 12289 0

_________________




Uh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .



MessageSujet: Re: La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ]

Revenir en haut Aller en bas

La Joie des Hérétiques [ Pv: Rodo; Lysou: Fringale ;) ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joie Ineffable
» Duel en duo...pour la joie des foules.
» Les socles magnétiques
» Ô joie, Ô bonheur
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accio Maraudeurs! :: Le Château :: Extérieur :: Lac Noir-